C'est dans le cadre de l'étude d’impact réalisée en 1999 par la société Lafarge Granulats Ouest pour l'ouverture d’une sablière à Saint Colomban, qu'une petite zone bocagère remarquablement préservée est mise en évidence.

Ce petit « conservatoire bocager », témoin de l'agriculture traditionnelle d'avant guerre, a quasiment conservé sa structure originelle avec ses haies, mares et prairies naturelles.
Il abrite de nombreuses espèces animales et végétales : la plupart communes mais certaines beaucoup plus rares comme le triton de Blasius, le Crapaud calamite ou encore le flûteau nageant....
Car le bocage, milieu autrefois banal et recouvrant la quasi totalité du quart Nord Ouest de la France,   a aujourd'hui disparu de nombreux secteurs suite notamment aux remembrements et à la mécanisation de l'agriculture d'après guerre. De nombreuses espèces  occupant ces espaces bocagers se raréfient donc petit à petit, victimes également de la disparition constante des mares ou de la concurrence avec de nouveaux arrivés, comme le ragondin.