Afin de célébrer la Journée mondiale des zones humides et de sensibiliser le public à leur protection, de nombreuses animations sont proposées sur le territoire de Grand Lieu Communauté au mois de Février. 

Chaque 2 février est célébré la Journée mondiale des zones humides. Le 2 février correspond à la date de signature de la convention Ramsar en 1971.

Le thème de 2023 est "il est urgent de restaurer les zones humides".

Pour cet évènement, les structures locales jouxtant le lac de Grand Lieu s'associent afin de proposer au grand public des activités tout le mois de février. Ainsi, ateliers famille, conférences, expositions ou encore sorties nature permettront de vous sensibiliser à la richesse et l'importance de la préservation des zones humides, tels que le Lac de Grand Lieu.

Découvrez le programme complet ICI

Consultez ICI l'arrêté préfectoral en date du 19 janvier 2023.

La progression de l'épizootie d'Influenza Aviaire Hautement pathogène (IAHP) s'est accélérée ces dernières semaines, en touchant des exploitations de volailles sur notre département, plus particulièrement dans les communes du Sud Loire.

Le préfet a désormais placé toute la moitié Sud du département en Zone de Surveillance ainsi que les communes jouxtant la Loire, au Nord. La commune de Saint-Colomban est placée sous zone de surveillance.
Ces zones évoluant très régulièrement, nous vous invitons à consulter le Recueil des Actes Administratifs de la préfecture autant que de besoin (RAA).

Nous vous rappelons que le territoire national a été placé en risque élevé par rapport à l'IAHP depuis le 4 novembre 2021.

Dans ce cadre, toutes les volailles (particuliers ou professionnels) doivent être mises à l'abri.

Par ailleurs, sur toutes les communes placées en zone réglementée (protection ou surveillance), les rassemblements de volailles et oiseaux (marchés, foires ou expositions) sont interdites, tout comme le lâcher des gibiers à plumes.

Nous vous invitons à en prendre connaissance et à consulter le site de la préfecture de la Loire-Atlantique pour des informations plus complètes.

Pour rendre la surveillance sanitaire opérationnelle, il est essentiel que chacun signale la découverte de cadavres d’oiseaux sauvages, à savoir :
    • Dès le 1er cadavre d’anatidés (cygnes, canards…), de laridés (goélands, mouettes…), de rallidés (foulques, râles…), d’échassiers et de rapaces.
    • En présence d’une mortalité groupée pour toutes les autres espèces d’oiseaux.

A la découverte d’une mortalité d’oiseaux, contacter rapidement le service départemental de Loire-Atlantique de l’Office Français de la Biodiversité (OFB) :
    • Par téléphone : 02-51-25-07-87
    • Par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour éviter tout risque de propagation du virus, les cadavres ne doivent surtout pas être déplacés afin de permettre aux agents de l’OFB de mener leur enquête sur place. Malgré tout, ce virus ne présente aucun risque pour la santé humaine, n’étant très contagieux que pour les oiseaux.

Pour en savoir plus, consultez: toutes les informations sur le site du ministère de l'agriculture

Téléchargez les mesures de biosécurité à appliquer dans les basses cours 

En complément des mesures sanitaires à appliquer par les particuliers détenteurs d'oiseaux pour prévenir le risque de diffusion du virus d'Influenza Aviaire Hautement Pathogène, il est rappelé que laclaration d'oiseaux par les particuliers est obligatoire (arrêté du 24 février 2006 relatif au recensement des oiseaux détenus par toute personne physique ou morale en vue de la prévention et de la lutte contre l'influenza aviaire).

Les particuliers détenteurs de basse-cour sont invités à déclarer leurs volailles sur Mes démarches, afin de détecter rapidement les maladies et s’assurer qu’elles ne circulent pas 

 

 

 

 

Le projet HeMa (contraction de Haies et Mares), initié fin 2021 par les collectivités et plusieurs partenaires techniques, c'est l'ambition de structurer l'ensemble des acteurs du territoire qui interviennent sur ces thématiques, au regard des différents enjeux (eau, biodiversité, paysage...) pour accompagner au mieux tous les publics dans leurs projets. Le but est de construire une organisation partagée et unie entre les différents acteurs locaux.

Vous êtes :

  • un agriculteur,
  • un maraicher,
  • un particulier,
  • une collectivité,
  • une association,
  • une entreprise .

Vous habitez sur le territoire du Bassin Versant de Grand-Lieu.

Vous souhaitez :

  • créer ou restaurer une mare,
  • avoir des conseils sur l'entretien de votre mare,
  • créer une zone tampon humide (captage ruissellement),
  • planter une haie ou un boisement,
  • mettre en place un plan de gestion durable des haies,
  • mettre en place un projet d'agroforesterie,
  • vous former sur ces différents enjeux.

 

Alors faites-vous accompagner financièrement et techniquement en contactant le Syndicat du Bassin Versant de Grand-Lieu

au 02 40 78 09 17 ou par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

"L'eau, ça ne se gaspille pas !" 

En ce début d'hiver, la baisse des températures est susceptible d'affaiblir nos vigilances quant aux économies d'eau. Cependant, les économies ne doivent pas se limiter à la période estivale. C’est toute l’année que nous devons être attentifs à notre consommation et préserver nos ressources en vue des périodes de sécheresse.

Ne laissez pas tomber tous vos efforts de cet été et continuez à économiser votre eau. 

 

 

Des arbres à SAINT-COLOMBAN !

Depuis novembre, la municipalité a entamé ses réflexions afin de développer le couvert boisé sur la commune.

Vous souhaitez en savoir plus ?

Consultez le rapport final de l'étude réalisée par l'entreprise nantaise Néosylva qui accompagne les élus dans le travail de réflexion

en cliquant  ICI

 Une hausse maîtrisée des tarifs 2023 de l'eau potable

Au vu du contexte de forte inflation, le comité syndical d’atlantic’eau a décidé de relever les tarifs d'eau potable :
  • maintien des tarifs de la prime d’abonnement,
  • hausse de 3% pour les tarifs de la consommation des tranches 1 et 2 (moins de 1000 m3 par an) ainsi que le tarif fuite,
  • hausse d'environ 4% pour les tarifs des gros consommateurs (tranches 3 et 4, plus de 1000 m3 par an) et du tarif herbage

A compter du 1er janvier 2023, le tarif s'établira ainsi à 2.07€ TTC par m3(= (redevance agence de l'eau et TVA incluses), sur la base d'une facture de 120 m correspondant à la consommation moyenne d'une famille de 4 personnes. 

Le détail à retrouver sur https://www.atlantic-eau.fr/

Les bons tuyaux pour faire des économies d'eau !

A la maison, réduisez le débit sans négliger le confort :

  • Régulateur de débit, aérateur d’eau, mitigeur thermostatique, chasse d’eau à double commande : équipez vos salles de bain et sanitaires
  • Changement de lave-vaisselle ou de lave-linge : faites le choix d’équipements économes en eau
  • Exploitez vos appareils ménagers en mode éco et sans les surcharger

Au jardin, soyez malins !

  • Récupérez l’eau de pluie (ou l’eau de cuisson)
  • Arrosez en soirée ou en début de matinée
  • Privilégiez le goutte-à-goutte ou l’arrosoir pour cibler les racines
  • Formez un paillis au pied des plantes pour préserver l’humidité du sol

Plus d’astuces et d’idées d’économies sur ademe.fr

Retrouvez toutes vos démarches et conseils sur le site d’atlantic’eau : www.atlantic-eau.fr

Téléchargez la plaquette d'informations

Le Printemps arrive !

Vous habitez le bourg, Pont-James ou un hameau...
Vous auriez bien envie que l’espace public, le long de votre mur de clôture, soit un peu plus agréable ?
Vous auriez donc bien envie d’utiliser la petite fissure qui y existe au pied
Vous aimeriez que, dès le printemps venu, la flore spontanée s’exprime et que la biodiversité soit préservée dans ce petit espace…
Vous avez envie que les habitants soient acteurs de leur paysage du quotidien…Voire même que des échanges puissent se faire sur des pratiques partagées et bénéfiques pour tous ?

Alors n’hésitez plus : fleurissez vos bas de murs…

Comment faire ?

Inscrivez-vous en mairie dès que vous le souhaitez : par courrier, par mail (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), par téléphone (02 40 05 89 28) ou directement à l’accueil. Indiquez pour cela votre nom et adresse précise.

Il est en effet nécessaire que les services techniques épargnent vos jeunes pousses ! Ils viendront déposer au sol un petit pochoir, signe pour eux qu’ils ne doivent pas y toucher mais aussi signe pour tous de votre participation.

Et en vous inscrivant, vous pouvez aussi venir chercher en mairie quelques graines, spécialement prévues pour résister dans ce cadre et à déposer dans les fissures.

 

Tout apiculteur est tenu de déclarer chaque année entre le 1er septembre et le 31 décembre les colonies d’abeilles dont il est propriétaire ou détenteur, en précisant notamment leur nombre et leurs emplacements. Toute colonie doit être déclarée, quelle que soit sa taille (en ruches, ruchettes, ruchettes de fécondation/nuclei). Cette déclaration concourt à une meilleure connaissance du cheptel apicole français et participe à sa gestion sanitaire, notamment face à la menace que représente le parasite Aethina tumida. Elle permet également d’obtenir des aides européennes dans le cadre du Plan apicole européen qui soutient la réalisation d’actions en faveur de la filière apicole française.

QUI ?

Les particuliers, les groupements, les associations, les entreprises, propriétaires ou détenteurs de ruches, à des fins de loisir ou à des fins professionnelles, pour la production de miel, d’essaims, de reines et d’autres produits de la ruche. La déclaration est obligatoire dès la première colonie détenue.

COMMENT ?

Retrouvez toutes les informations et les modalités de déclaration sur le site du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation

La commune a confié la gestion du plan d'eau à l'association de pêche « La sirène de Logne et Boulogne ». Les deux parties se sont mises d'accord sur un règlement spécifique pour la pratique de l'activité de pêche sur le site :

La Municipalité de Saint-Colomban s'engage dans cette direction avec le Syndicat du Bassin Versant de Grand-Lieu.

L'hiver s'éloigne, la végétation s'active et les jardiniers aussi. Chacun reprend le chemin de son jardin pour y préparer la belle saison: plantations des fleurs, semis des fruits et légumes.

Mais avant il faut faire place nette et ôter les herbes indésirables: le réflexe vient souvent d'empoigner le pulvérisateur dans lequel on a incorporé la dose (et même la bonne dose) de désherbant.

Il ne s'agit pas de proscrire l'usage des herbicides à tout prix: mais réservons les aux situations ultimes (plantes invasives telles les liserons, chardons, chiendents, renouées...).

Tendre vers le "zéro désherbant", c'est préserver notre santé, améliorer la qualité de notre environnement, mais aussi montrer que des pratiques alternatives existent et sont efficaces.

Préserver notre environnement

Initiée par nos prédécesseurs, la politique de limitation des pesticides est aujourd'hui poursuivie afin d'apporter la contribution de Saint-Colomban à l'effort collectif pour améliorer la qualité de notre environnement et de préserver la nature pour les générations futures. Saint-Colomban était très précurseur à l'époque et est devenu à ce titre une "référence" pour les communes voisines.

La municipalité s'inscrit dans une politique globale respectueuse de l'environnement et entend jouer un rôle moteur auprès des Colombanais.

La notion d'environnement est vaste et regroupe de nombreux aspects de la politique municipale.

Environnement

Cette politique, que nous détaillons plus loin, est également menée au delà du territoire communal et partagée avec d'autres communes et d'autres structures. La commune joue, en effet, un rôle au travers des différents syndicats et commissions

  • le Syndicat du Bassin Versant de Grand Lieu (SBVGL) pour les enjeux liés à la gestion de l'eau sur les bassins versants de Grand Lieu ,de la Logne et de la Boulogne,
  • le syndicat des 6 pièces, qui gère le site d'enfouissement des déchets près de Machecoul,
  • la commission environnement de la Communauté de Communes de Grand Lieu, pour les questions des déchets (collecte, animation de sensibilisation au tri...) et d'assainissement non collectif (SPANC).
  • la participation au CUP ( Conseil en Urbanisme Partagé) qui a pour objectif un urbanisme plus ambitieux au niveau des critères environnementaux (conseil-accompagnement en programmation urbaine en vue d'un urbanisme durable- sensibilisation-formation "urbanisme durable"- animation d'une démarche collective à l'échelle du Pays ).