Utilisation des pesticides : dans les jardins, adoptons l'option douce !

La Municipalité de Saint-Colomban s'engage dans cette direction avec le Syndicat du Bassin Versant de Grand-Lieu.

L'hiver s'éloigne, la végétation s'active et les jardiniers aussi. Chacun reprend le chemin de son jardin pour y préparer la belle saison: plantations des fleurs, semis des fruits et légumes.

Mais avant il faut faire place nette et ôter les herbes indésirables: le réflexe vient souvent d'empoigner le pulvérisateur dans lequel on a incorporé la dose (et même la bonne dose) de désherbant.

Il ne s'agit pas de proscrire l'usage des herbicides à tout prix: mais réservons les aux situations ultimes (plantes invasives telles les liserons, chardons, chiendents, renouées...).

Ces produits sont nocifs pour l'environnement certes, mais aussi pour les utilisateurs peu précautionneux. Surtout, ils sont à bannir du potager car ils restent dans le sol quoi qu'en disent les notices d'utilisation. Alors la binette associée, si besoin, au paillage sera beaucoup plus adaptée.

La municipalité, en lien avec le syndicat de bassin versant de Grand-Lieu, Logne et Boulogne, formalise un plan de désherbage en vue de la signature d'une charte d'engagement de limitation des pesticides. Cet acte volontariste permettra aussi des partenariats avec la conseil régional et l'agence de l'eau en vue d'acquérir (avec des aides) du matériel de désherbage mécanique.

Pour rappel : il est formellement interdit de répandre des substances herbicides dans les fossés, auprès des plans et cours d'eau, mais aussi de manière générale sur l'espace public. La constatation de manquement à cette réglementation fera l'objet de poursuites.

Faisons donc preuve de retenue et posons-nous à chaque fois la question de l'utilité et des conséquences de nos actes.